CONFERENCE DE PRESSE FRONTEXIT: "Frontex: La mise en œuvre de la politique migratoire irresponsable de l’UE"

jeudi, 22 mai 2014 15:50

Conférence de presse-FRONTEXIT

Vendredi 23 mai à 9h30 au Résidence Palace (Rue de la Loi, 155 à 1040 Bruxelles)

A la veille des élections européennes, les membres de la campagne Frontexit vous convient à leur conférence de presse pour présenter le bilan de leurs travaux après un an de recherche sur Frontex ainsi que le rapport « Frontex entre Grèce et Turquie : La frontière du déni ». En dépit des modifications cosmétiques du mandat de l’agence et  de la mise en place d’une stratégie de communication professionnelle, ses activités restent incompatibles avec le respect des droits fondamentaux.

Rapports et témoignages à l’appui, les membres de la campagne attirent l’attention sur :

  •          La complicité de Frontex dans la violation des droits des migrants ;
  •          Un manque de transparence concernant ses activités;
  •          L’irresponsabilité vis-à-vis de ses agissements;
  •          Son influence croissante dans la définition de la gestion des frontières en Europe et au-delà.

Dotée d’un budget de 89 millions d’euros in 2014, Frontex n’a cessé d’acquérir de nouveaux pouvoirs sans garantie satisfaisante de respect des droits fondamentaux, en particulier depuis la révision de son mandat en 2011 et l’adoption du nouveau règlement sur les interceptions maritimes en 2014. L’agence a également la responsabilité d’administrer Eurosur, le vaste système européen de surveillance des frontières. Ces nouvelles prérogatives s'ajoutent à l'activité de surveillance, d'interception et de retours forcés qu'elle exerçait déjà.

En mars 2013, 21 associations, chercheurs et militants de la société civile d’Afrique et d’Europe ont lancé la campagne FRONTEXIT. Leurs analyses corroborent les préoccupations relevées par le Rapporteur des Nations Unies sur les droits humains des migrants, la Médiatrice européenne et le Conseil de l’Europe concernant la responsabilité de Frontex dans la violation des droits des migrants.

Frontex travaille à la mise en œuvre et au développement d’une politique européenne de gestion des frontières au moyen d’équipements et des technologies quasi militaires. Chaque année, des milliers de personnes sont traitées comme des « ennemis ». Qu’ils soient enfermés, repoussés, ou perdent la vie, ils sont les victimes d’une stratégie fondée sur des objectifs sécuritaires et non les droits humains.

Déroulé de la conférence de presse

09h30 -Accueil

10h-10h50 Présentation du bilan Frontexit d'un an de campagne par Caroline Intrand de la Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers-CIRE/Migreurop et Anna Sibley de la Fédération des associations de solidarité avec les travailleur-euse-s Immigré-e-s-FASTI/Migreurop +débat avec la salle ;

10h50 -11h30-Présentation du rapport « Frontex, entre Grèce et Turquie, la frontière du déni » parAnita Kynsilehto du Réseau Euro-Méditéranéen des Droits de l’Homme-REMDH) +débat avec la salle